11 choses que votre massothérapeute aimerait que vous sachiez

Les massothérapeutes ont vraiment des clients de tous les styles. Chaque semaine, nous avons le plaisir de prendre soin de différentes morphologies avec des conditions physiques et médicales variées et nous nous faisons poser une foule de questions. Certains sont inquiets de leur état, alors que d’autres vivent certaines appréhensions par rapport au massage en soi. Voici donc, dans l’ordre et dans le désordre, 11 thèmes récurrents que votre massothérapeute aimerait que vous sachiez.

1. OUI, ON SENT VOS NŒUDS!

« Tu sens-tu mes nœuds?! » est sans aucun doute la question par excellence posée par les clients. La réponse est simple : oui. Tout le monde a des points de tension un peu partout, ce qui fait en sorte qu’il est probablement aussi facile pour nous de trouver des nœuds dans votre dos que de trouver du foin dans une balle de foin. Par contre, qu’on les sente ou non, le but réel, au final, est d’arriver à convaincre votre système nerveux de détendre les zones trop tendues. Le nœud est créé par le système nerveux et c’est aussi lui qui a le pouvoir de le défaire.

2. C’EST VOTRE MASSAGE!

VOUS payez pour que NOUS nous occupions de VOTRE détente. Si vous sentez que des ajustements d’appoint pourraient permettre un confort accru, faites-nous- en part. Que ce soit la musique, la pression, la luminosité, la têtière, etc., il nous fera plaisir de corriger la situation; à condition d’être informés bien sûr! Mieux vaut un départ saccadé avec les bons ajustements que d’avoir un soin fluide avec des éléments qui accrochent votre esprit tout au long de la séance.

3. SAUF AVIS CONTRAIRE, VOUS N’AVEZ PAS À NOUS AIDER

Dans le même ordre d’idées que le point 2, si on veut soulever ou déplacer votre bras, votre jambe ou votre tête, nous allons réussir sans aide et pratiquement sans effort. Les clients ayant de la difficulté à se laisser aller vont avoir tendance à nous accompagner dans le mouvement. Malheureusement, ça ne nous facilite aucunement la tâche (spécialement pour la tête), mais surtout ça nous indique que nous n’avons pas encore réussi à vous amener dans un état d’abandon total.

4. JAMBES ÉPILÉES OU NON, ON NE FAIT PAS LA DIFFÉRENCE

Mesdames, cessez d’angoisser à l’idée d’être jugées pour quelques poils que vous considérez en trop. D’abord, rappelez-vous que la grande majorité des hommes que nous massons n’ont jamais eu à subir une épilation des jambes de leur vie et nous n’en faisons évidemment pas de cas. La plupart des massages requièrent de l’huile, ce qui nous permet de nous acquitter de notre tâche qu’il s’agisse d’une peau de bébé ou d’un pelage à la King Kong. D’ailleurs, si vous n’en parlez pas, nous ne remarquerons même pas si vos jambes sont fraîchement épilées ou non.

5. VOUS ÊTES PROBABLEMENT DANS LA NORMALE

Très souvent, les clients de nature tendue s’autocaricaturent en expliquant à leur thérapeute qu’il va faire le saut en constatant autant de tension, que c’est un cas exceptionnel, etc. Ne le prenez pas mal, mais nous voyons des cas « exceptionnels » chaque jour ou en tout cas au moins chaque semaine!  🙂

6. CE QUE VOUS RESSENTEZ EST PROBABLEMENT « NORMAL »

Dans la même lignée que le point 4, beaucoup de clients ont des interrogations sur leur corps ou le comportement de celui-ci et se demandent s’ils sont les seuls dans cette situation. La plupart du temps, la réponse est non. À noter que je définis ici la normalité par la non-rareté de l’événement et non pas pour signifier que celui-ci est sans importance. Voici quelques exemples de cas fréquents :

  • Être étourdi en se relevant trop vite;
  • Être pris de crampes dans le mollet en situation de repos;
  • Avoir les sinus bouchés couché sur le ventre;
  • Avoir le ventre qui gargouille couché sur le dos;
  • Avoir des « nœuds » aux omoplates;
  • Avoir des endroits du corps particulièrement sensibles à la pression;
  • Avoir des endroits du corps particulièrement insensibles à la pression;
  • Avoir une articulation qui « craque »;
  • Avoir une douleur dans l’épaule ou le coude alors que la pression est effectuée dans le cou;
  • Avoir des douleurs amplifiées par temps humide.

7. VOUS N’AVEZ PAS À VOUS EXCUSER POUR VOS GARGOUILLEMENTS, GAZ, RONFLEMENTS, ETC.

Non seulement ce sont des sons auxquels nous devons nous attendre vu le contexte, mais nous comprenons également qu’ils ne sont pas volontaires de toute façon. À la limite, ils peuvent même parfois témoigner de votre niveau de détente et de confort, ce qui nous rassure nous-mêmes dans la bienfaisance de notre soin. J’ajouterais sur une note personnelle que les gargouillements d’un client me font particulièrement plaisir parce que si mon ventre se met à gargouiller lui aussi, je me sens moins mal (ironie, quand tu nous tiens!).

8. « REFAIRE VOTRE LIT » EST UNE EXCELLENTE FAÇON DE FAIRE SOURIRE SON MASSOTHÉRAPEUTE

À moins d’être le dernier client de la journée avec l’intention d’être le premier le lendemain, nous allons devoir changer les draps de toute façon. Sachez néanmoins que votre délicate attention a été remarquée et qu’elle a probablement fait sourire votre thérapeute.

9. NOUS NE SOMMES NI DÉGOÛTÉS NI EXCITÉS PAR VOTRE CORPS

Le ou la massothérapeute qui donne un soin regarde avec ses mains. Et aux yeux de nos mains (!), votre corps est une « surface » sans identité dont nous devons prendre soin. Que le ou la client (e) soit rachitique ou obèse, avec des grains de beauté, des poils ou des boutons ne change rien. On voit de tout si bien qu’on ne voit plus rien.

10. UNE DOUCHE EST UNE ATTENTION APPRÉCIÉE, MAIS PAS OBLIGATOIRE

Tout est une question de contexte. À savoir si nous avons une préférence, la réponse est oui. Par contre, si les circonstances font en sorte que c’est impossible pour vous de prendre une douche avant le massage, on vit très bien avec ça quand même.

11. ATTENDEZ POUR LAVER VOS CHEVEUX

Vous avez un massage prévu demain et vous avez des tensions dans le cou? Que diriez-vous d’attendre après votre massage pour laver vos cheveux? Un bon massage de cou implique d’avoir minimalement accès à la base du crâne.

Mot de la fin

Ce que vous devez retenir, c’est que nous avons pour but de prendre soin de vous et que nous vous acceptons tels que vous êtes. La thérapie manuelle, comme son nom l’indique, a pour but de communiquer avec votre peau via les mains. Votre peau servira d’interprète pour traduire nos suggestions à votre système nerveux. Tout tracas inutile vécu durant le massage déviera votre attention de l’objectif ultime : votre détente « en profondeur ».

Vous avez des questions ou des commentaires? Vous pensez à d’autres éléments qui auraient pu être ajoutés à la liste? N’hésitez pas à nous en faire part dans les commentaires ou sur notre page Facebook.

Suivez notre blogue par courriel!

Votre courriel:

Commentaires

Xavier Jutras

Xavier Jutras

Hmmm dépendant de ce que vous insinuez par « tenir compte » et par « côté émotionnel », vous aurez une réponse différente. Voici donc ma réponse toute en nuances, en espérant qu’elle réponde à vos attentes.

D’une façon générale, on doit s’attendre à ce qu’un massothérapeute s’informe (tienne compte) du côté émotionnel de son client. Les gens qui prennent rendez-vous en massothérapie ont tous en commun de rechercher un plus grand confort à leur sortie qu’à leur entrée. Notre mission consiste à les accommoder du mieux qu’on peut, ce qui implique d’avoir une bonne écoute afin de comprendre les besoins de la personne devant nous.

À la base, notre tâche consiste à utiliser nos mains pour « rassurer » le système nerveux de la personne qui se couche sur notre table. Notre dada, c’est le toucher. Or, comme le corps et l’esprit sont intimement liés (voire ne sont qu’un), il n’est pas rare que le simple fait de toucher une personne puisse l’aider à se sentir davantage écoutée, épaulée, prise en charge, etc. C’est donc dire qu’on peut affecter les émotions d’une personne à l’aide du toucher sans nécessairement avoir « tenu compte » des émotions spécifiquement (« tenu compte » ici aurait le sens de « modifier son toucher en fonction des émotions »).

Par contre, plusieurs ont choisi de faire une carrière en massothérapie parce qu’ils ont ce « don » de mettre les gens en confiance, tant par leur toucher que par leur écoute. Le fait qu’on possède un format de 60 ou 90 minutes est génial de ce côté, parce qu’il nous permet de prendre le temps d’écouter. Par contre, même en tenant compte des émotions, ça ne va pas nécessairement changer la séance de massothérapie significativement.

Concrètement, le massothérapeute s’ouvrira à écouter plus si le ou la cliente a besoin de parler davantage, quitte à masser moins longtemps si la situation l’exige. Mais si on met de côté « l’entrevue initiale » le temps d’un instant et qu’on se concentre uniquement sur la portion massage du rendez-vous, le massothérapeute va tenir compte de vos émotions autant que possible… si c’est pertinent de le faire selon lui. Voici 3 exemples, dont les 2 premiers qui sont extrêmes pour illustrer mon point.

1. Émotions pas très importantes | Massage standard
Si je masse dehors sur chaise lors d’un événement sportif, soyons franc, il m’importe peu de savoir si monsieur Untel est en instance de divorce et qu’il vit mal sa séparation, d’autant plus que ça ne changera pas grand-chose à mon massage.

2. Émotions très importantes | Entrevue et massage adaptés
À l’autre extrême, si j’ai une nouvelle cliente qui me dit être nerveuse parce que c’est son premier massage avec un homme et qu’elle a déjà subi des attouchements lorsqu’elle était jeune, non seulement je vais l’inviter à parler de ses craintes, mais en plus lors du massage, chaque mouvement sujet à rendre inconfortable ma cliente devra être ajusté pour éviter tout malaise.

3. Émotions présentes, mais pas nécessairement importantes | Besoins spécifiques | Massage adapté
J’ai déjà eu un client pour qui la massothérapie était une façon de faire « ressortir ses émotions en surface » selon ses dires. C’est donc dire que pour lui, le toucher est intimement lié à ses émotions, bonnes ou mauvaises. Ses émotions les plus intenses étaient reliées à des pressions ridiculement fortes. Qu’est-ce qu’on fait dans ce temps-là? On pèse le plus fort qu’on peut! =) Les émotions qui ressortent lui appartiennent et il n’a pas à m’en faire part nécessairement, par contre il peut les vivre si j’ajuste ma façon de toucher.

En d’autres mots, il existe un continuum allant de « pas important à primordial » et il n’est pas rare d’avoir à ajuster, un peu, notre façon de toucher pour tenir compte du côté émotionnel. Par contre, il est également fréquent que ce côté émotionnel ne change rien à la séance de massothérapie en soi. C’est vraiment du cas par cas, mais si vous sentez que votre massothérapeute ne tient pas compte de vos émotions autant que vous ne le souhaiteriez, je vous encourage à lui en parler ou à tenter votre chance avec un(e) autre massothérapeute.

Au final, l’objectif tant pour vous que votre massothérapeute, c’est votre bien-être.
Au plaisir! Merci de votre intérêt

Véronique

Est ce que notre massothérapeute tient compte du côté émotionnel lirs d'un traitement ?