6 éléments clés pour bien choisir votre local de massothérapie

Vous avez décidé de voler de vos propres ailes et d’installer votre entreprise de massothérapie dans un local commercial. La location d’un espace commercial s’avère plus critique que celle d’un appartement ou d’une salle dans une clinique ou dans un spa établi, puisqu’il joue un rôle décisif dans le succès de votre entreprise. Voici quelques pistes de réflexion afin de faire le grand saut adéquatement.

1. L’emplacement

Comme vous occuperez sans doute les lieux pour une longue période, il faut s’assurer que l’emplacement favorisera l’achalandage. Un endroit passant ou près de grandes artères pourrait augmenter les visites spontanées et contribuer à vous faire connaitre, particulièrement si votre entreprise est nouvelle dans le paysage.

Effectuez aussi vos recherches quant à la compétition dans le secteur. Si celui-ci est déjà saturé de services comparables aux vôtres, votre chiffre d’affaires en souffrira.
Finalement, l’accès doit être adapté pour votre clientèle. Une entrée qui n’est pas facile à trouver ou un stationnement ardu peuvent être des points négatifs. Pensez à l’expérience vécue par vos clients, et ce, de leur arrivée à votre clinique à leur départ. De plus, considérez tous les irritants possibles lors de votre prise de décision.

2. Le prix

Même si vous pensez avoir trouvé la perle rare, prenez le temps de comparer le prix de locaux semblables en terme de pieds carrés et d’emplacement. Cette démarche simple vous assurera que vous payez le juste prix ou vous donnera des arguments de négociation solides afin d’arriver à une entente avec la personne qui loue le local.

À cet effet, il est également possible de négocier des inclusions à votre contrat de location. Par exemple, l’entretien, le déneigement, le chauffage, l’éclairage et les frais de services de sécurité sont des éléments qui peuvent être négociés. Aussi, le local nécessite-t-il des rénovations préalables à votre arrivée? Quoi qu’il en soit, demandez toujours les ententes et les changements au bail par écrit, puisqu’un accord verbal n’est pas admissible en cour en cas de litige.

3. Le contrat

Tous les baux ne sont pas les mêmes; chaque édifice commercial ou propriétaire a une façon de faire différente. Ainsi, assurez-vous que vous tirez votre épingle du jeu quant à :

– La durée; préférez-vous louer au mois ou à l’année? Louer au mois peut être plus dispendieux, puisqu’aucune garantie de renouvellement n’est donnée au propriétaire, mais cette façon de faire vous permet une plus grande flexibilité si les affaires ne lèvent pas comme vous l’auriez souhaité;

– La sous-location; il peut être une bonne idée d’insérer une clause qui détermine les dispositions à prendre dans l’éventualité où vous devriez quitter avant terme et à qui il vous sera possible de sous-louer les lieux;

– Les frais; en plus du loyer, le locateur peut ajouter des frais variables de fonctionnement, comme un pourcentage de vos ventes, une partie des taxes, l’assurance ou l’entretien. Imaginez différents scénarios afin de prendre la décision la plus éclairée possible.

4. Les améliorations locatives et réparations

Il se peut que vous ayez des idées de grandeur pour votre entreprise en termes de décor. Or, discutez bien clairement de vos intentions de rénovations avec le propriétaire en déterminant quelles réparations relèveront du locateur et lesquelles vous incomberont lors de votre occupation. Ce dernier vous confirmera quels types d’améliorations locatives il vous sera permis et possible de faire ou non, vous permettant de déterminer si l’espace convient réellement à vos besoins et attentes.

Attention : des améliorations locatives permanentes deviendront, dans la majorité des cas, la propriété du locateur et vous ne pourrez pas les récupérer en cas de fermeture ou de déménagement. Assurez-vous donc que vos investissements en aménagement intérieur en valent vraiment la peine!

Essayez également de trouver un espace que vous utiliserez de façon optimale et où vous ne payerez pas pour des pieds carrés inutilisés. Il est plus avantageux de choisir un espace plus petit et de créer de nouvelles divisions que d’avoir des pièces trop grandes dont vous ne tirez pas avantage au maximum.

5. Les détails

Vous aimez l’emplacement et le prix vous convient. Mais avant de conclure l’entente, avez-vous pensé à ces petits détails importants qui peuvent avoir échappé à votre œil enthousiaste lors d’une première visite? Étant donné la nature de vos services de thérapeute, il faut tenir compte des détails suivants :

– L’insonorisation; un emplacement achalandé doit être compensé par de bons murs qui coupent le bruit des voitures ou de l’activité environnante. Vérifiez quelles sont les entreprises avoisinantes et si la nature de leurs activités peut nuire à la détente requise pendant vos soins. La plomberie pourrait aussi être une source de bruit incommodante; entend-on beaucoup la chasse d’eau dans les salles de soins?

– L’isolation; comme vous devez offrir un environnement confortable et chaleureux, informez-vous à propos des coûts de chauffage et vérifiez si l’isolation risque de vous réserver de mauvaises surprises.

– Les travaux externes; demandez si des travaux qui pourraient diminuer l’achalandage ou vous déranger en raison du bruit sont prévus prochainement à proximité.

– La concurrence à venir; si possible, vérifiez si des concurrents sont en processus de location imminente. Des affiches sur les locaux vacants annonçant leur arrivée peuvent être un indicateur. Vous pouvez également demander aux gestionnaires immobiliers des bâtisses avoisinantes si une entreprise ayant la même vocation que vous est en cours de négociations. Sans vous révéler le nom exact de l’entreprise, vous serez peut-être en mesure d’en tirer de l’information privilégiée. Deux cliniques du même type qui ouvrent leurs portes en même temps, et ce, l’une à côté de l’autre, ce n’est jamais souhaitable!

– L’entretien; vérifiez si les installations en place sont faciles d’entretien et d’accès. Si vous devez faire une excursion avec votre attirail de randonnée pédestre chaque fois que vous devez accéder à la salle de lavage ou aux panneaux électriques, cela pourrait devenir un irritant important.

– L’expansion; gardez en tête des options de réaménagement dans le cas où vous voudriez offrir plus de services différents, engager plus d’employés ou augmenter votre capacité d’accueil sans toutefois déménager ou effectuer des travaux trop importants.

6. L’avis d’un professionnel

Les coûts associés aux services d’un avocat peuvent être élevés. Toutefois, n’hésitez pas à investir le nécessaire, car celui-ci pourrait vous éviter des pertes monétaires encore plus importantes en cas de litige.

Les causes de conflits juridiques en location commerciale les plus fréquentes concernent une augmentation de loyer injustifiée, le refus d’un renouvellement de bail ou le refus de prendre en charge des travaux dont la responsabilité est ambigüe.

En faisant appel à un avocat, vous pourrez ainsi gérer votre entreprise la tête tranquille.
Un courtier immobilier spécialisé en location commerciale pourrait quant à lui être en mesure de vous conseiller et de vous guider dans vos recherches. Il évaluera l’espace le plus rentable et adéquat selon la taille de votre entreprise, votre budget, votre vision et votre plan d’affaires

Bref, imaginez une journée typique sur les lieux afin de vérifier que tous les petits détails conviennent à vos habitudes et pratiques quotidiennes!

Source : Signer un bail commercial – Entreprises Canada

Suivez notre blogue par courriel!

Commentaires